Delegación Permanente ante la Organización de las Naciones Unidas para la Educación, la Ciencia y la Cultura

3 de mayo - Día Mundial de la Libertad de Prensa.

Con motivo del Día Mundial de la Libertad de Prensa y de cumplirse el 30º aniversario de la "Declaración de Windhoek para el establecimiento, mantenimiento y fomento de una prensa independiente, pluralista y libre", los Presidentes de los Grupos de Amigos sobre Seguridad de Periodistas en UNESCO (París), en Ginebra, Nueva York, Viena (OSCE) y Estrasburgo (Consejo de Europa), junto a 45 de sus Estados miembros - incluida la Argentina - han difundido una declaración conjunta. 

#DiaDeLaLibertaddePrensa

#LibertadDePrensa

#WorldPressFreedomDay

 

Joint Statement on the occasion of the World Press Freedom Day on 3 May

Celebrating 30 Years of the Windhoek Declaration for the Development of a Free, Independent and Pluralistic Press

Issued by the Chairs of the Groups of Friends on the Safety of Journalists and members of the Groups of Friends in Paris (UNESCO), New York (United Nations), Geneva (United Nations), Vienna (OSCE) and Strasbourg (Council of Europe) listed in the annex

On the occasion of the 30th anniversary of the Windhoek Declaration for the Development of a Free, Independent and Pluralistic Press, we pay tribute to the African newspaper journalists who met in Windhoek, Namibia in 1991 and produced a statement of press freedom principles. The Windhoek Declaration has been influential for 30 years as a catalyst in the process of encouraging press freedom, independent journalism and media pluralism worldwide. Endorsed by the 25th UNESCO General Conference, this landmark document marked the beginning of the international commitment to address the need to foster an enabling environment for journalists and media workers to exercise their freedom of expression and for them to make their crucial contributions to consolidating democracy and enhancing sustainable development. It gave rise to the World Press Freedom Day, celebrated on 3rd May each year, proclaimed by the UN General Assembly in 1993 and the Guillermo Cano Prize in 1997 as well inspired further regional declarations, such as the Declaration of Alma Ata in Kazakhstan in 1992, the Declaration of Santiago de Chile in 1994 and the Declaration of Sana’a in Yemen in 1996 and finally, in 1997, the Declaration of Sofia, all of them supporting unreservedly the principles enshrined in the Windhoek Declaration. These principles are still valid today, 30 years after their adoption and their implementation constitutes a foundation for the safety of journalists, online and offline.

Underpinning the Windhoek Declaration is the premise that access to reliable and verifiable information is a public good and that those contributing to this end should be protected not only for the guarantee of their own rights but for the good of society as a whole. In this context, we would like to underline the importance of addressing sexual and gender-based violence and abuse, both online and offline, as it can result in deepening existing gender-related inequalities in the public space and impact negatively on pluralism. The Agenda 2030 and its Sustainable Development Goals, endorsed by all UN member states, acknowledges that the promotion and protection of human rights and fundamental freedoms as well as of access to universal and reliable information are an integral part of sustainable development and the principle of “leaving no one behind”. Among other aspects, the COVID-19 crisis has demonstrated the crucial need for access to reliable, trustworthy and fact-based information, as well as the key role of free, independent and pluralistic media to enhance transparency, accountability and trust, and to address the challenges of misinformation and disinformation.

This year’s world press freedom day focuses on “information as a public good”. By defending and promoting media freedom and the safety of journalists, we defend and promote the right to freedom of expression, including the right of the individual to seek, receive and impart information of all kinds. Free, independent and pluralistic media depend on the safety of journalists and an enabling environment for access to information. It is of utmost importance to address impunity for crimes against journalists and media workers, both online and offline, through an effective judicial process and accountability. Independent journalism and media pluralism are only possible where conditions exist for their economic viability and sustainability. Ensuring the transparency and the accountability of internet platforms constitute growing challenges in the age of digitalization and rapid technological change.

A healthy media system does not exclusively depend on governments whose responsibility is to protect freedom of expression. It is also built on multi-stakeholder cooperation, including the private sector, civil society and individuals of all ages who consume information from different sources in order to make informed decisions in their daily lives.

Enhancing media and information literacy globally is thus crucial for empowering individuals to navigate the modern information environment taking full advantage of the many opportunities offered by the digital ecosystem. It also enables them to mitigate the risks, such as disinformation and misinformation, incitement to hatred and violence, racism and sexual and gender-based violence, in accordance with the right to freedom of opinion and expression, media independence and pluralism.

It is in the spirit of Windhoek, that we are determined to reinforce the safeguards of a free, independent and pluralistic media highlighted by the Windhoek Declaration while developing new policies and initiatives that will equip us to better protect journalism, promote the safety of journalists and media workers and access to information as a public good.

 

Annex: (List of co-signatories, members in any of the five Groups of Friends on the Safety of Journalists at UNESCO in Paris, the United Nations in New York and Geneva, the OSCE in Vienna and the Council of Europe in Strasbourg, in alphabetical order) Albania

Argentina

Australia

Austria

Botswana

Brazil

Bulgaria

Canada

Cape Verde

Chile

Colombia

Costa Rica

Denmark

Estonia

Finland

France

Germany

Ghana

Greece

Japan

Jordan

Kenya

Kuwait

Latvia

Lebanon

Liechtenstein

Lithuania

Luxembourg

Montenegro

Morocco

The Netherlands

Norway

Paraguay

Poland

Qatar

Republic of Korea

Russian Federation

Senegal

Slovenia

Sweden

Switzerland

Tunisia

United Kingdom

United States

Uruguay

________________________________________________________________________________________________

 

Déclaration conjointe à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai

Célébration du 30ème anniversaire de la Déclaration de Windhoek pour le développement d'une presse libre, indépendante et pluraliste

Publiée par les présidents des Groupes des amis de la sécurité des journalistes et les membres des Groupes d’amis à Paris (UNESCO), New York (Nations Unies), Genève (Nations Unies), Vienne (OSCE) et Strasbourg (Conseil de l’Europe) énumérés dans l’annexe.

À l’occasion du 30ème anniversaire de la Déclaration de Windhoek sur le développement d’une presse africaine indépendante et pluraliste, nous rendons hommage aux journalistes africains réunis à Windhoek (Namibie) en 1991, qui ont rédigé une déclaration relative aux principes de la liberté de la presse. Depuis 30 ans, la Déclaration de Windhoek favorise le processus de promotion de la liberté de la presse, du journalisme indépendant et du pluralisme des médias à l’échelle mondiale. Entériné par la 25ème Conférence générale de l’UNESCO, ce document historique a marqué le début d’un engagement international pour répondre à la nécessité de créer un environnement permettant aux journalistes et aux professionnels des médias d’exercer leur liberté d’expression et d’apporter leurs contributions essentielles à la consolidation de la démocratie et à la promotion du développement durable. Il a donné naissance à la Journée mondiale de la liberté de la presse, proclamée en 1993 par l’Assemblée générale des Nations Unies et célébrée le 3 mai de chaque année, et en 1997 au prix Guillermo Cano. Il a également inspiré d’autres déclarations régionales, notamment la Déclaration d’Alma-Ata (Kazakhstan) en 1992, la Déclaration de Santiago du Chili en 1994, la Déclaration de Sanaa (Yémen) en 1996 et enfin la Déclaration de Sofia en 1997, toutes appuyant sans réserves les principes inscrits dans la Déclaration de Windhoek. Ces principes demeurent valables aujourd’hui, 30 ans après leur adoption, et leur mise en œuvre constitue un fondement de la sécurité des journalistes, en ligne et hors ligne.

La Déclaration de Windhoek se fonde sur le postulat qu’un accès à des informations fiables et vérifiables constitue un bien public et que ceux qui y contribuent doivent être protégés, non seulement pour garantir leurs droits propres, mais pour le bien de la société dans son ensemble. Dans ce contexte, nous souhaitons souligner qu’il importe de lutter contre les violences et les abus sexuels et sexistes, en ligne comme hors ligne, ceux-ci pouvant se traduire, dans l’espace public, par une aggravation des inégalités existantes liées au genre et nuire au pluralisme. Le programme de développement durable à l'horizon 2030 et ses objectifs de développement durable approuvés par l’ensemble des membres des Nations Unies constatent que la promotion et la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales ainsi que de l’accès à des informations universelles et fiables sont constitutifs du développement durable et du principe visant à « ne laisser personne de côté ». Entre autres aspects, la crise de la COVID-19 a démontré la nécessité absolue d’un accès à des information fiables, dignes de confiance et factuelles, de même que le rôle essentiel que jouent des médias libres, indépendants et pluralistes pour accroître la transparence, la responsabilité et la confiance et relever les défis de la mésinformation et de la désinformation.

Cette année, la Journée mondiale de la liberté de la presse est consacrée à « l’information en tant que bien public ». En défendant et en promouvant la liberté des médias et la sécurité des journalistes, nous défendons et promouvons le droit à la liberté d’expression, notamment le droit qu’a chacun de rechercher, de recevoir et de diffuser des informations de toutes sortes. La liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias dépendent de la sécurité des journalistes et d’un environnement favorisant l’accès à l’information. Il est primordial de lutter contre l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes et des professionnels des médias, en ligne comme hors ligne, en demandant des comptes à leurs auteurs dans le cadre d’une procédure judiciaire efficace. Le journalisme indépendant et le pluralisme des médias ne sont possibles que si leur viabilité et leur pérennité économiques sont assurées. La garantie de la transparence et de la responsabilité des plateformes internet représente de plus en plus un défi en cette ère du numérique et de progrès technologiques accélérés.

Un système médiatique sain ne dépend pas exclusivement des gouvernements, auxquels il incombe de protéger la liberté d’expression. Il repose aussi sur une coopération multipartite associant le secteur privé, la société civile et les personnes de tout âge qui consomment des informations émanant de sources diverses afin de prendre des décisions éclairées dans leur vie quotidienne.

Il est donc essentiel de renforcer l’éducation aux médias et à l’information à l’échelle mondiale afin de permettre à chacun de naviguer dans l’environnement informationnel actuel en tirant pleinement profit des multiples possibilités qu’offre l’écosystème numérique. Cela leur permettra aussi d’atténuer certains risques tels que la désinformation ou la mésinformation, l’incitation à la haine et à la violence, le racisme et la violence sexuelle et sexiste, dans le respect du droit à la liberté d’opinion et d’expression, ainsi que de l’indépendance et du pluralisme des médias.

C’est dans cet esprit de Windhoek que nous sommes déterminés à renforcer les garanties assurant la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias mises en exergue par la Déclaration de Windhoek tout en élaborant de nouvelles politiques et initiatives qui nous donneront les moyens de mieux protéger le journalisme, de promouvoir la sécurité des journalistes et des professionnels des médias ainsi que l’accès à l’information en tant que bien public.

 

agencia argentina de inversiones y comercio internacional

Fondo argentino de cooperación sur-sur y triangular